Le VIH, SIDA en Bretagne en 2011 : Dépistage et situation épidémiologique

Inline

Les données présentées dans cette synthèse sont issues de trois systèmes de surveillance  complémentaires (deux nationaux et un régional). Ils permettent chacun d’obtenir une déclinaison régionale des données et de suivre conjointement l’activité globale de dépistage, recueillie au travers de l’enquête LaboVIH, les caractéristiques de l’infection à VIH-sida à partir de la notification obligatoire des cas de sida et des cas d’infections à VIH et d’analyser les caractéristiques des patients pris en charge pour une infection à VIH dans les centres participant au recueil du COREVIH Bretagne.
Dans un souci de cohérence entre les deux systèmes d’information nationaux, les données évolutives relatives à l’enquête LaboVIH et à la notification obligatoire des diagnostics d’infection à VIH et des cas de sida, sont analysées à partir de l’année 2003, date de mise en place de la notification obligatoire des diagnostics d’infection à VIH.
Les données médico-épidémiologiques exploitées par le COREVIH Bretagne font quant à elles référence à l’année 2011.
Ce 8 pages présente les résultats 2011 et montre que la Bretagne se classe au 4ème rang des régions les moins touchées par le VIH, le taux de recours au dépistage demeurant plus faible dans la région qu'en France.
Télécharger le 8 pages


Le VIH, SIDA en Bretagne en 2010 : Dépistage et situation épidémiologique

InlineÀ l’occasion de la 24ème journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre 2011, l’Observatoire Régional de la Santé de Bretagne publie cette étude réalisée à la demande de l'Agence régionale de Santé de Bretagne.
Les données présentées dans cette synthèse sont issues de deux systèmes de surveillance nationaux complémentaires qui suivent d’une part, l’activité globale de dépistage, recueillie au travers de l’enquête LaboVIH et d’autre part, les caractéristiques de l’infection à VIH-sida à partir de la notification obligatoire des cas de sida et des cas d’infections à VIH.
Ce 8 pages présente les résultats 2010 et montre que la Bretagne se situe toujours parmi les régions françaises les moins touchées par le VIH, le taux de recours au dépistage demeurant plus faible dans la région qu'en France.
Télécharger le 8 pages


VIH, sida en Bretagne - résultats 2009

COUV Depuis le 1er janvier 2009, la surveillance du VIH en Bretagne est prise en charge par l’Institut national de veille sanitaire (InVS), la région rejoignant l’enquête LaboVIH.
Les données présentées dans cette synthèse sont issues de deux systèmes de surveillance nationaux complémentaires qui suivent d’une part, l’activité globale de dépistage, recueillie au travers de l’enquête LaboVIH et d’autre part, les caractéristiques de l’infection à VIH-sida à partir de la notification obligatoire des cas de sida et des cas d’infections à VIH.
Ce 8 pages présente les résultats 2009 et montre que la Bretagne se situe toujours parmi les régions françaises les moins touchées par le VIH, le taux de recours au dépistage demeurant plus faible dans la région qu'en France. Par contre, s'agissant du nombre de personnes malades du sida, la Bretagne se classe dans la moyenne des régions métropolitaines.

Pour en savoir plus .....


SIDA, VIH, VHC et SYPHILIS en Bretagne - résultats 2008


VIH-SIDA-décembre_09 La surveillance de l’épidémie de sida en France a débuté dès 1986 avec la notification obligatoire des cas de sida. Entre  1989 et 2008, un recueil de données sur la contamination par le Virus de l’Immunodéficience Humaine, a été organisé en Bretagne, sous la forme d’une enquête trimestrielle, réalisée auprès de l’ensemble des laboratoires d’analyses biologiques et médicales de la région. Il a été mis en œuvre par l’ORS Bretagne et s’est appuyé sur la participation des médecins inspecteurs de santé publique (MISP) des Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS). Depuis 2001, ce dispositif d’observation s’est inscrit dans le système de surveillance de l’activité de dépistage du VIH (LaboVIH) instauré par l’InVS sur l’ensemble du territoire français, pour y être totalement intégré à partir de 2009, Entre janvier 2003 et décembre 2008, le recueil de données a été étendu en Bretagne au VHC et à la sérologie syphilitique.
Ce 8 pages présente les résultats 2008 et montre que la Bretagne se situe toujours parmi les régions françaises les moins touchées par le VIH. Par contre, s'agissant du nombre de personnes malades du sida, la Bretagne se classe dans la moyenne des 22 régions métropolitaines...

Étude réalisée à l'initiative de la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales dans le cadre de la convention additionnelle au contrat de projet État-Région
Télécharger le 8 pages



SIDA, VIH, VHC et SYPHILIS en Bretagne - résultats 2007

SIDA-VIH-VHC et SYPHILIS-décembre_08 La surveillance de l’épidémie de sida en France a débuté dès 1986 avec la notification obligatoire des cas de sida. Depuis 1989, un recueil de données sur la contamination par le Virus de l’Immunodéficience Humaine, est organisé en Bretagne, sous la forme d’une enquête trimestrielle, réalisée auprès de l’ensemble des laboratoires d’analyses biologiques et médicales de la région. Il est mis en oeuvre par l’ORS Bretagne et s’appuie sur la participation des médecins inspecteurs de santé publique (MISP) des Directions départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS). Ces données permettent de suivre au plus près l’activité de dépistage dans la région. Depuis 2001, ce dispositif d’observation s’inscrit dans le système de surveillance de l’activité de dépistage du VIH (LaboVIH) instauré par l’InVS sur l’ensemble du territoire français.
En mars 2003, la notification obligatoire des nouveaux diagnostics d’infection par le VIH, couplée à la surveillance virologique des contaminations récentes et des sous-types circulant a été mise en place par l’InVS pour compléter la surveillance d’activité de dépistage (LaboVIH).
Parallèlement, en Bretagne, à l’initiative de la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS), le recueil de données a été étendu au VHC et à la sérologie syphilitique à partir de janvier 2003.
Ce 8 pages présente les résultats 2007 issus des systèmes de surveillance régional et national.
En 2007, la Bretagne se classe toujours au rang des régions métropolitaines les moins touchées par le SIDA. Le taux de sérologies positives se situe également parmi les plus faibles des régions françaises...

Étude réalisée à l'initiative de la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales dans le cadre de la convention additionnelle au contrat de projet Etat-Région.

Visualiser le 8 pages


SIDA, VIH, VHC et SYPHILIS en Bretagne - résultats 2006

SIDA-VIH-VHC-Syphilis-2007 Les résultats 2006 de l'enquête sont présentés dans ce 8 pages. Avec un taux de cas de SIDA diagnostiqués en 2006 de 5 cas par million d’habitants, la Bretagne occupe le 3ème rang des régions métropolitaines les moins touchées.
Cependant, le dépistage du SIDA reste trop tardif puisque la moitié des personnes chez lesquelles un diagnostic de SIDA a été posé sur la période 2005-2006 ignorait leur séropositivité au moment du diagnostic ...

Etude réalisée dans le cadre de la convention additionnelle au contrat de projet Etat-Région.
Visualiser le 8 pages


EN SAVOIR PLUS ...

Inline

Plan de lutte contre le Vih/sida 2010-2014 : le dépistage et la prévention d’abord
Le ministère de la Santé vient de publier le plan de lutte contre le Vih/sida et les infections sexuellement transmissibles 2010-2014. Il est conçu sur 3 principes :
- une articulation avec le plan régional de santé et ses schémas ;
- une élaboration basée sur une approche populationnelle tenant compte des caractéristiques épidémiologiques du VIH et des IST ;
- une attention particulière à la lutte contre les discriminations et le renforcement de l'égalité devant l'accès aux droits, à la prévention et aux soins.
En savoir plus et télécharger le Plan 2010-2014 sur le site du Ministère